Opération deuxième Sac

Cette fiche action a pour but de présenter les points d’attention à avoir lors d’une opération de ramassage de déchet. Une opération « 2e sac » consistant à partir avec un sac supplémentaire lors d'une randonnée / balade / mission de surveillance des forêts (Patrouille pédestre ou trajet vers une vigie) afin de ramasser les déchets sur le chemin.

 

Ramassage des Déchets

Écocitoyens

Le ramassage de déchets dans des espaces naturels est une activité dans laquelle les jeunes s’investissent avec toute leur énergie. Elle s’inscrit dans les actions liées à l’éducation à l’environnement et permet aux jeunes d'acquérir un geste écocitoyen.

 

Matériels

Le sac supplémentaire. Celui-ci pourra être un sac-poubelle mais il faut veiller à ce qu’il soit bien solide. Lors d’une collecte de déchets, on trouve malheureusement de tout et un objet tranchant aura vite fait de percer le sac. Suivant le type de randonnée, on préféra un « vieux » sac à dos pour faciliter le transport.

Les gants de protection. Il faut privilégier des gants épais (type gants de jardinage)  plutôt que des gants en latex.

Idéalement, on pourra aussi prendre une perche de ramassage pour faciliter la démarche.

 

Organisation

Avec les louveteaux-Jeannettes, il est préférable de constituer des groupes accompagnés d’adultes. Il semble intéressant, sur un lieu où les déchets sont disséminés – une plage par exemple – de demander aux jeunes de montrer le déchet et de ne procéder à son ramassage qu’après la validation du chef qui encadre. Certains jeunes ont parfois du mal à distinguer ce qu’est un déchet.

Avec les Scouts-Guides, un seul jeune peut être désigné pour ramasser dans le groupe, un autre notant le déchet trouvé, un autre faisant un relevé topographique, un autre portant le sac... Les rôles changent durant l’activité. Cela permet de ne pas mettre en concurrence les jeunes et donc de réduire la précipitation et l’inattention qui pourrait favoriser les blessures et les accidents. La présence d’un chef à proximité demeure nécessaire.

À partir des Pionniers-Caravelles, l’activité peut se faire en autonomie dès lors que les règles de prévention ont été rappelées au départ.

 

Prévention

Avant de commencer une opération de ramassage des déchets, il est nécessaire de sensibiliser au préalable les jeunes sur les risques liés aux objets (écorchures, coupures, …) et aux conséquences possibles (infections, maladies, …).

D’autre part, il faut être capable d’identifier les déchets hautement dangereux tels que les seringues, aiguilles (Sida) mais aussi les substances chimiques toxiques, les déjections qu’il ne faut absolument pas toucher.  Quoiqu’il en soit, il reste préférable de ne pas ramasser un déchet pour lequel ont à un doute sur sa dangerosité.

Enfin, il ne faut pas oublier les règles essentielles d’hygiène, comme se laver  les mains à la fin de l’opération !

 

Tri sélectif

Pour aller au bout de la démarche, il faut prendre soin de trier les déchets une fois de retour au camp. Il peut être utile de se renseigner sur les consignes locales de tri sélectif où l’adresse de la déchèterie la plus proche.

 

Pour aller plus loin

Partenariat

Quel que soit le lieu retenu, il est toujours sous la responsabilité d’une collectivité ou d’un organisme institutionnel. Pour renforcer l’action, il paraît important d’obtenir de l’aide. Ainsi, il peut être intéressant de débuter par un reportage photo puis de rencontrer l’élu (Maire, Président du département, …) concerné qui pourra alors apporter un soutien logistique, financier ou de visibilité. Il est rare qu’aucune aide ne soit apportée.

Il en sera de même avec les organismes institutionnels (ONF, Parc Régionaux et Nationaux, …)

 

Sensibilisation

Malheureusement, le ramassage n'a que très peu d'effet sur l’environnement, la quantité de déchet récoltée est faible et rien ne dit que le site ne sera pas de nouveau souillé très rapidement. Il paraît donc important de s’attaquer aux jets de déchets. Pour cela, il faut accompagner l’action de démarche de sensibilisation en allant au-devant des promeneurs, expliquer la démarche mais aussi en faisant en sorte que l’action soit visible.